Tags:
Bakunin
Fascism
Marx
Marxism

5.
de la peur. ne faisait qu illustrer ce que la théorie avait prédit. Otto Ruhle en pose pas pour autant au prophète. Il assaya immédiatement dé couvrir ce que pourrait être le monde qui suivrait cette époque malgré tout passagère. Observation et analyse lui montraient que le processus de concen. tration lié au fascisme et au capitalisme Etat conduirait un ensemble pro ductif mieux organisé, de plus en plus développé qui, lors un prOcessus de crise et de destruction qui nécessairement menace le capitalisme, pourrait se transformer on un ensemble dirigé par les producteurs eux mêmes, les postes de commandement étant euxumêmes pris en main de manière démocratique. Le ca pitalisme Etat construit les conditions matérielles mêmes du socialisme. Gtto Ruhle était penché sur la condition de enfant prolétarier.
Il insistait toujours sur le fait que analyse marxiste, si elle fournissait des enseignements sur la Praxis révolutionnaire et politique, devait également en fournir dans le domaine spirituel et moral. Il critiquait avec Mehring, attitude de Marx vis àævis de Bakounine et de Lasalle. Les partisans de autoritarisme ne voyaient dans sa biographie de Marx qu une attaque contre eux mêmes qui ne faisaient que suivre les erreurs de Marx et non les enseignements de son génie, et Gtto Ruhle écrire. ï Aujourd hui nous avons autres problèmes résoudre (que ceux de Marx)
et ils ne peuvent être résolus que par des hommes de valeur, libérés des névro ses, qui comprennent bien les prol èmes, gui ont une solide conscience et un profond sentiment collectif. Tel fut, au fond, le principe qui a toujours guidé Otto Ruhle. II. ETUDË MARXISTE DU LŒEXISME La poursuite de la vie humaine ne peut Se concevoir sans une aspire: tion immanente vers la sécurité. Les différents stades des forces productives et des formes culturelles ne peuvent être compris que comme un effort. de es pèce humaine pour protéger son existence. Tout renforcement de la sécurité exi ge lui même la sécurité et par conséquent le développement ne peut avoir de fin. Capacités physiques insuffisantes, incapacités ñiverses de espèce humaine sont la base même de la lutte pour existence. Si homme parvient émerger de ces conditions naturelles de existence, il entre dans , ère du développe ment de la culture. Si existence de humanité est en danger, les hommes commencent faire ce qu ils doivent pour écarter ce danger. De nouvelles forces producti» ves, de nouvelles formes sociales, de nouvelles formes de pensée se font jour. est le mauvais côté (des. chosesî qui produit le mouvement, qui fait histoi re en constituant la lutte (Marx. Misère de la Philosophie. Dans ce combat la pensée est une arme; elle conduit concevoir un changement du monde. homme cesse être un objet de la nature. Un des moments cruciaux du développementg historique du passé a été la consolidation de nos propres produits en une force objective agissant contre nous, une force qui échappe notre contrôle, déçoit notre attente et réduit zéro tous nos calculs. histoire a donc placé s. homme devant la nécessité de dominer le devenir social; mais aspirer la li. berté se libérer de, la déification, nécessite une connaissance des lois na turelles de la societe humaine. Le marxisme est un pas indispensable dans cetè te direction.
La société est pas unitaire. iElle comprend des classes et exis tence même de ces classes démontre qu il y a pas ordre rationnel dans la société. Tout acte pour régler cette société est qu un acte pseudo realiste. JL Mu. au; mur. r s a. v uni Ml mura» 7 3»