Tags:
Anarchism
Marxism
Russian Revolution

mW. La révolution, dès qu elle est étendue au stade affaire intezna tionale, reste quand même, au premier chef, une affaire de chaque pays, de chaque peuple. Si un prolétariat un pays peut trouver précieux enseignement révolutionnaire de la Russie, la révolution qu il mène doit cependant rester libre. Moscou, on a autres idées. elles du schema normala Selon ce schema, la révolution russe est terminée et les autres révolutions doivent accomplir selon les mêmes voies. est dire: Révolution ist ParteiSache, Staat ist Partei Sache, Diktatur ist Partei Sache, Sozialismus ist Partei Sache.
Partei ist eiserne Disciplin.
Concrètement ceci signifie. En haut. autorité, bureaucratisme, culte de la personnalité, dictature des chefs, etc. En bas: obéissance aveugle, raideur cadavérique, subordination.
En conclusion. pas de voie vers le socialisme dans les conditions de la révolution bourgeoise.
III PRINCIPES DE LA TRANSFORMATION SOCIALISTE La conception marxiste de histoire montre que des évènements com me les révolutions ne peuvent entrer dans des schemas. Dans une perspective de crise mortelle de ordre capitaliste, élèvent autres tâches que celles de la révolution bourgeoise. Mais il ne faut pas perdre de vue que le but un mouvement doit être le critère de opportunité des moyens, qui doivent faire apparaître nettement dans leur nature la nature même du but. La révolution bourgeoise consistait essentiellement remplacer la noblesse de naissance par celle de la fortune. Elle menait au système parlementaire, lieu de confronta tion des divers intérêts de la classe bourgeoiso, représentés par les partis. existence individuelle, pour obtenir la sécurité, devait utiliser intermédiaire de la concurrence, véritable Weltanschaung de la bourgeoisie. La pro duction se fondait sur la valeur échange. Rapports autorité et de comman dement découlent directement des rapports de propriété. Affairisme ct renfor cement de autorité sont la base de la politique bourgeoise. Aussi, concur remment au parlement qui est image politique du système de marché, se déve loppe une tendance la centralisation ou le principe autorité trouve son incarnation.
La transformation en socialisme a autres buts que la révolution bourgeoise; elle a donc besoin de réconâiticns différentes. Il faut abord qu il existe une classe ouvrière e que celle ci ait fait partie de la socle té bourgeoise pendant toute une période. Dans cette période, la classe ouvriè re forme des, ou un, partis politiques défendant ses intérêts de classe au sein de la société bourgeoise existante, est a dire organisant la vente de la force de travail au meilleur cours possible. Il faut souligner que, contrairement aux allégations anarchistes (lesquels existent en forCe ailleurs que dans des pays arriérés où persistent encore des liens étroits entre ouvriers et petits paysans. on ne peut sauter le développement entier de la SOclÎÎÇ bour geoise. Mais des que la crise mortelle de la société bourgeoise apparait, la forme bourgeoise de la politique ouvrière doit diSparaître. Dans une telle situation, le parlement cède la place au capitalisme de monopole, toute la puissance est concentrée en uelques mains, le marche mondial écroule, la disproportion entre capacite de production et distribution accrOit. Seule une planification peut mener une solution et, comme le parlementarisme a disparu «ÿ ;H. flnth ÿ, il x u Nuit u un 14